Etre leader au travers du brisement

Desert Leader
Image by Hamed Saber via Flickr

Voici une partie du témoignage de Paul Carlisle, pasteur et enseignant biblique. Pour lire tout le texte cliquer ici

Etre leader au travers du brisement est une des expériences les plus gratifiantes que j’aie connue. Je ne suis plus dominé par la peur du rejet. Le brisement a produit une sécurité inamovible en Christ. La peur d’avoir à plaire aux diacres, aux anciens, au président ou au leader du ministère féminin, a disparu. La peur a été remplacée par un sentiment inimaginable de sécurité et de confiance en Christ.

Le brisement m’a enseigné qu’il est bien d’être humain. Je peux admettre que je ne sais pas tout. J’ai de meilleures relations avec ma congrégation et mes étudiants parce que je peux admettre et accepter mes limites. Je réalise que les paroissiens et les étudiants sont attirés par mon honnêteté. C’est un immense soulagement de ne pas avoir à faire semblant d’avoir de la vitalité spirituelle. Un autre bénéfice que me donne le fait de reconnaître mon humanité, c’est d’avoir été investi de l’empathie de Christ. Aider les autres me donne de plus en plus de joie, jour après jour.

Le brisement m’a convaincu de la fidèle présence de Dieu. Je n’ai plus besoin de me forcer à croire Dieu ; Je le crois vraiment ! Ceci est encore un peu un mystère pour moi. Ils ont disparu les jours où je devais me dire que Dieu est fidèle et qu’Il m’aime vraiment. Je suis sûr de cela depuis la tête jusqu’aux pieds. Quelle Joie !

Le brisement m’a conduit au « joug aisé » et au « fardeau léger » de Dieu. Je sais ce que cela signifie  « porter son joug » dans le ministère. C’est une joie sans pareille ! « J’apprends de Lui ». Ceci implique un processus ou un cheminement de toute une vie. C’est ma prière pour vous que vous permettiez au brisement de faire son œuvre parfaite pour que vous puissiez connaître une richesse de vie qui peut seulement s’expliquer par l’œuvre de transformation du Saint-Esprit.

Ceci permettra à l’Esprit de Dieu d’approfondir l’amitié et d’œuvrer régulièrement dans votre cœur. Utilisez ces suggestions comme des directives, au fur et à mesure que vous vous rapprochez de ceux que Dieu met à vos côtés pour vous accompagner.. Pendant un temps de brisement, ce n’est pas le moment de prétendre que tout va bien. Enlevez tous les masques et les fausses images. Que vos amis intimes vous voient comme vous être réellement.

Ceci demandera de vous une profonde confiance en Dieu, surtout si vous n’avez jamais fait cela avant.. Si vous pensez que la personne est un candidat possible, soyez plus direct quant à continuer une amitié avec lui. Il faut du temps pour savoir si la personne sera quelqu’un avec qui vous pouvez partager vos peurs et vos joies les plus profondes, donc soyez patient. A cause de cela, nous devons développer ce genre de rapports avec quelques personnes avant d’expérimenter un brisement désespérant.. Ce genre de relations a besoin d’être initié et maintenu par le Saint-Esprit.. – Dieu, dans sa grâce, m’a donné quatre amis qui m’ont accompagné dans l’obscurité (deux pasteurs, un collègue de séminaire et un laïc). Je ne peux pas vous dire combien ces personnes ont été importantes pour m’aider à naviguer avec succès au travers des eaux blanches de l’obscurité jusqu’à la lumière. La chose la plus significative qu’ils ont faite pour moi, c’est « être présents ». Le fait d’être présent peut paraître un cadeau simple, jusqu’à ce que vous avez besoin de ce cadeau.. Mon médecin de famille, un ancien médecin missionnaire a essayé de traiter la dépression par des médicaments, mais sans résultat. Il m’a référé à un psychiatre chrétien qui avait de l’expérience au niveau de ma maladie. Je me sentais terriblement honteux d’être si faible et brisé au point de devoir être traité par un psychiatre. Pourtant, la douleur intérieure était tellement forte, que j’allais faire n’importe quoi pour recevoir de l’aide. Des médicaments prescrits ont finalement rompu le cycle d’insomnies, ils ont calmé l’anxiété et m’ont permis de recommencer à penser.

A ce carrefour, j’étais capable de commencer le dur travail de guérison du brisement que j’avais comme résultat d’expériences d’abus physique vécus durant mon enfance. Mais les médicaments seuls n’étaient pas suffisants pour guérir mon cœur brisé et blessé. Elle vous laisse dépouillé de cœur et d’espoir. La joie est remplacée par l’horreur. Pour moi, l’anxiété a torturé mon corps et mes pensées au point que la mort aurait été bienvenue. J’appréhendais l’heure de dormir, car j’étais condamné à être couché sur mon lit et à regarder l’heure toutes les 30 minutes pendant que la terreur me poursuivait jusqu’à l’aube. Je me réveillais le matin sans aucune assurance de pouvoir survivre la journée. Souvent j’expérimentais tellement de terreur et de panique au réveil, que tout ce que je pouvais faire, c’était embrasser ma femme Terri et pleurer de façon incontrôlée avec des gémissements que je ne comprenais pas.

Tout le texte: ici

Reblog this post [with Zemanta]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s