La mission des chrétiens dans le monde

Voici un texte qui nous rappelle bien notre vrai rôle sur la terre en temps que chrétien ainsi que notre attitude vrai…

On a une conception du christianisme et de notre rôle dans la société qui est souvent complètement à l’opposée de ce qu’on présente ici. Concrètement, les chrétiens d’aujourd’hui -dont je suis- cherchent la plupart du temps à se défendre (au lieu de se laisser conduire comme des agneaux à l’abattoir, à la suite de celui dont ils portent le nom), à dénoncer, contester, se révolter (au lieu de se réjouir de la persécution, afin que la gloire de celui qui nous a aimés soit visible pour tous), à mépriser le pécheur (au lieu de l’accueillir avec amour et miséricorde tout en méprisant le péché).

Ouf! Tout un appel! Le Seigneur doit encore nous corriger, nous appeler, nous ramener pour que nous puissions vraiment être à son image, c’est-à-dire être des chrétiens dans le monde, comme l’âme est dans le corps. Un appel qui dépasse nos capacités? «Je ne suis pas le Christ», pensez-vous? Bien sûr que nous ne sommes pas le Christ! Et ce «programme chrétien» est impossible à suivre… à moins de recourir au Christ, à moins de puiser à sa source, à l’eucharistie, à moins de devenir nous-mêmes des Christ par son corps donnée en nourriture, amalgamé au nôtre!

Voici le texte dans son intégralité.

Lettre à Diognète

Les chrétiens dans le monde

Les chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par les coutumes. Car ils n’habitent pas de villes qui leur soient propres, ils n’emploient pas quelque dialecte extraordinaire, leur genre de vie n’a rien de singulier. Leur doctrine n’a pas été découverte par l’imagination ou par les rêveries d’esprits inquiets; ils ne se font pas, comme tant d’autres, les champions d’une doctrine d’origine humaine.

Ils habitent les cités grecques et les cités barbares suivant le destin de chacun; ils se conforment aux usages locaux pour les vêtements, la nourriture et le reste et l’existence, tout en manifestant les lois extraordinaires et vraiment paradoxales de leur manière de vivre. Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens et supportent toutes les charges comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie leur est une terre étrangère. Ils se marient comme tout le monde, ils ont des enfants, mais ils n’abandonnent pas leurs nouveaux-nés. Ils prennent place à une table commune, mais qui n’est pas une table ordinaire.

Ils sont dans la chair, mais ils ne vivent pas selon la chair. Ils passent leur vie sur la terre, mais ils sont citoyens du ciel. Ils obéissent aux lois établies, et leur manière de vivre est plus parfaite que les lois. Ils aiment tout le monde, et tout le monde les persécute. On ne les connaît pas, mais on les condamne; on les tue et c’est ainsi qu’ils trouvent la vie. Ils sont pauvres et font beaucoup de riches. Ils manquent de tout et ils ont tout en abondance. On les méprise et, dans ce mépris, ils trouvent leur gloire. On les calomnie, et ils y trouvent leur justification. On les insulte, et ils bénissent. On les outrage, et ils honorent. Alors qu’ils font le bien, on les punit comme des malfaiteurs. Tandis qu’on les châtie, ils se réjouissent comme s’ils naissaient à la vie. Les Juifs leur font la guerre comme à des étrangers, et les Grecs les persécutent; ceux qui les détestent ne peuvent pas dire la cause de leur hostilité.

En un mot, ce que l’âme est dans le corps, les chrétiens le sont dans le monde. L’âme est répandue dans tous les membres du corps comme les chrétiens dans les cités du monde. L’âme habite dans le corps, et pourtant elle n’appartient pas au corps, comme les chrétiens habitent dans le monde, mais n’appartiennent pas au monde. L’âme invisible est retenue prisonnière dans le corps visible; ainsi les chrétiens: on les voit vivre dans le monde, mais le culte qu’ils rendent à Dieu demeure invisible. La chair déteste l’âme et lui fait la guerre, sans que celle-ci lui ait fait de tort, mais parce qu’elle l’empêche de jouir des plaisirs; de même, le monde déteste les chrétiens, sans que ceux-ci lui aient fait de tort, mais parce qu’ils s’opposent à ses plaisirs.

L’âme aime cette chair qui la déteste, ainsi que ses membres, comme les chrétiens aiment ceux qui les détestent. L’âme est enfermée dans le corps, mais c’est elle qui maintient le corps; et les chrétiens sont comme détenus dans la prison du monde, mais c’est eux qui maintiennent le monde. L’âme immortelle campe dans une tente mortelle; ainsi les chrétiens campent-ils dans le monde corruptible, en attendant l’incorruptibilité du ciel. L’âme devient meilleure en se mortifiant par la faim et la soif; et les chrétiens, persécutés, se multiplient de jour en jour. Le poste que Dieu leur a fixé est si beau qu’il ne leur est pas permis de le déserter.

Stance:

Homme nouveaux baptisés dans le Christ, alléluia! vous avez revêtu le Christ, alléluia!

Héritiers avec lui d’un Royaume de lumière, vous possédez la liberté des fils de Dieu pour annnoncer au monde:

Nous sommes au Christ et le Christ est à Dieu, alléluia, alléluia!

Venez, voyez les gestes de Dieu redoutable en haut faits pour les hommes.

Il changea la mer en terre ferme, on passa le fleuve à pied sec.

source: http://www.enlignetoi.com/sophie-bouchard/27345-la-mission-des-chretiens-dans-le-monde

Enhanced by Zemanta

One thought on “La mission des chrétiens dans le monde

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s